samedi 26 juin 2010

Là où je t'emmènerai


" C'est au bout du regard
Là où les bateaux quittent la mer
Là où l'horizon est plus clair
Sous la belle étoile
celle qui te dit que la Vie est ici
****
Là où le monde effleure tes rêves
Là où le bonheur n'est plus un mystère
Florent PAGNY
( extraits)



jeudi 24 juin 2010

Instant volé !


Palazzo FORTUNY. 2008.

Un monde de papier.

Isabelle de Borchgrave

No photo!!!!


Pour Danielle...( Venetiamicio)


Rendez-vous fraîcheur gourmande

Il fait merveilleusement beau, les vacances sont proches pour certain(e) s. Prenons quelques minutes de notre journée pour nous retrouver à LA terrasse gourmande de ce campo..Rosa Salva...quel beau nom pour un endroit où l'on pose sa fatigue, le temps d'un plaisir partagé. Je vous attends.. mais je ne laisserai pas ma glace aux fruits des bois se décomposer d'impatience.

mercredi 23 juin 2010

Venise en fleurs.




En 1713, dans la Calle del Manganer habitait Pietro BONORA qui exerçait le métier de "manganer" ( calendreur)
Les CALENDREURS
se partageaient en "lustreurs de soie" et en "lustreurs de laine" selon la nature de l'étoffe qu'ils lissaient et traitaient.
Leur Scuola se trouvait dans l'église de Santa Maria Formosa .
Ils s 'unirent en corporation en 1603.

Défense de stationner devant la sortie de garage.

Ce garage "sur mesure" ( c'est le moins qu'on puisse dire ) se trouve juste en face de la porte de sortie ddu jardin de Cà Rezzonico.il faut vraiment avoir le compas dans l'oeil mais je crois que les Vénitiens sont maître en la matière.

lundi 21 juin 2010

Oui mais..laquelle?

Cette photo date de 2003.
Pour la localisation de la boutique, je dirais Salizzada San Lio ???

Une campagne virgilienne




Les VIGNOLE :une campagne virgilienne accablée de chaleur
pour célébrer cet été 2010 qui tarde à se manifester









" Vaporetto 13" ce n'est pas seulement le titre d'un roman de Robert GIRARDI,
c'est aussi le numéro du vaporetto qui vous emmènera au départ des Fondamente vers une promenade et un déjeuner bucoliques.

A la campagne ( clic)

dimanche 20 juin 2010

Raminagrobis & Pantagani




Canaux, bateaux, entrepôts: depuis ses origines, tout prédisposait Venise à devenir un paradis pour les pantegani, rats qui ne sont autres que des surmulots, bien connus sous le nom nettement plus parlant de rats d'égout.

Pour protéger les précieuses cargaisons, les réserves de vivres, et aussi les manuscrits des bibliothèques ( quel rat résisterait à la tentation d'un bon parchemin bien croquant?), les Vénitiens ont de tout temps fait confiance aux chats. Sauf à l'époque de l'Inquisition qui décréta l'extermination de ces " créatures de Satan".

C'était là se tromper d'adversaire, et les rats s'empressèrent de pulluler, démontrant que, question diabolisme, ils en connaissaient un rayon...

Calle del traghetto (Cannaregio)

Les marchands de Venise, plus pragmatiques que les théologiens, s'empressèrent de se cotiser pour envoyer des bateaux en Egypte et en Syrie afin de ramener dare- dare des cargaisons de chats.

Les chats actuels aux yeux verts sont les descendants de ces chats du Proche- Orient. De plus en plus livrés à eux mêmes ces dernières décennies, leur population a considérablement diminué faute de soins.
Depuis quelques années une association se consacre à leur protection et , sous son impulsion, des Vénitiens ont commencé à se mobiliser en faveur de leurs chats, en assurant leur nourriture et en leur construisant des abris.

Campo San Lorenzo

Source:" Le goût de Venise"