vendredi 15 décembre 2017

Enfance (1)





 Bernardino LICINO(1489-1565)
 Arrigo LICINO et sa famille

L'enfant, c'est la postérité, comme la peinture.
 L'enfant, c'est la vérité, comme la peinture.

 Bernardino LICINO(1489-1565)
Portrait de famille.

Tout être humain veut assurer sa descendance et perpétuer ses qualités ou ses défauts.

Giuseppe BALDRIGHI 
Antonio GHEDINI et sa famille circa 1750

"Croissez et multipliez" 
est le seul commandement de Dieu 
qui reste en vigueur et  en application!

 Lavinia FONTANA (1552-1614) 
 Bianca Degli Utili Maseli et six de ses enfants


 Lavinia FONTANA (1552-1614) 
Portrait de famille


Giovanni Antonio FASOLO.

Portrait de la famille VALMARANA


L’enfant, c’est la vie avec son innocence, son émerveillement, sa confiance, sa vérité, son rire et sa tendresse. 

Tous ces états qui mis bout à bout, transforment le quotidien en une chaîne de petits bonheurs que l’on engrange dans sa mémoire pour en faire un grand.



...à suivre..


Un petit jeu?
 A vous de dénicher les détails intéressants ou symboliques déjà évoqués sur ce blog.

vendredi 1 décembre 2017

Décembre enluminé!






Le bréviaire de Grimani  est actuellement conservé à la Biblioteca Marciana à Venise
C'est l'un des plus célèbres manuscrits de l'école ganto-brugeoise.


Le Bréviaire est cité pour la première fois par son propriétaire, le Cardinal Domenico GRIMANI, à l'occasion de la rédaction de son testament en octobre 1520 (le Cardinal mourra en 1523). Le Cardinal Grimani avait acheté le manuscrit à Antonio SICILIANO, Chambellan du Duc de Milan Massimiliano SFORZA. Il est possible qu'Antonio Siciliano ait acheté le Bréviaire directement en Flandre où il fut ambassadeur du Duc Sforza en 1514.Le premier commettant de l'oeuvre n'est pas connu mais la richesse du Bréviaire montre qu'il ne s'agit pas d'un travail de production courante. L'iconographie de certaines illustrations reflète le style des artistes de la fin du 15ème siècle, tels Hugo VAN DER GOES, Hans MEMLING et Gérard DAVID. Certaines innovations plaident, néanmoins, pour une datation plus tardive de l'oeuvre (vers 1520) à l'apogée de l'école de Gand et de Bruges représentée par Quentin METSYS, Joos VAN CLEVE et Jan GOSSAERT.
Le cycle iconographique du calendrier s'inspire des illustrations des frères LIMBOURG dans les " Très riches heures " du Duc de Berry, antérieures d'environ un siècle (1411-1416). Cette oeuvre fût probablement disponible dans les Flandres à l'époque de la réalisation du Bréviaire car Marguerite d'Autriche, veuve de FILIBERTO II de Savoie et propriétaire des "Très riches heures", était gouverneur des Pays Bas à cette époque.



Le manuscrit est extraordinaire par le nombre et la qualité de ses enluminures.Les textes du Bréviaire sont précédés, comme il est d'usage à cette époque, par un calendrier illustré par des peintres flamands. Chaque mois fait l'objet d'une page entière, une attention particulière étant consacrée aux saisons, aux travaux agricoles et aux coutumes de la riche bourgeoisie des Flandres. En regard de la page enluminée est présenté le calendrier du mois, placé dans un cadre illustré de scènes champêtres et d'activités quotidiennes, ainsi que de monochromies à sujet religieux et des signes du zodiaque appropriés.


La coexistence de thèmes profanes et sacrés et le réalisme des images de la vie quotidienne dans les Flandres caractérisent ce manuscrit, comme d'autres oeuvres de cette époque.

Certaines enluminures sont certainement oeuvres d'atelier. Cependant, une grande partie du calendrier et des illustrations à construction spatiale complexe, selon un goût italianisant, peut être attribuée à Gérard HORENBOUT, qui travaillait à Gand. 
Les illustrations archaïsantes et décoratives peuvent, quant à elles, être attribuées à Alexander (Sander) BENING et à son fils Simon.

La restauration est terminée et a été présentée à la presse le 12 mars 2005.









J'ai déjà évoqué, 
il y a quelques années, ce magnifique ouvrage.
Mais il mérite amplement qu'on s'y intéresse une fois de plus.Les amoureux(ses) d'enluminures( et j'en connais) peuvent trouver sur le net des reproductions à l'identique qui sont loin d'être négligeables.