samedi 4 août 2018

Voir Venise et mourir





Londres, 23 janvier 1901. Quand Alistair se baisse pour ramasser un étrange cylindre doré lors du sacre d’Edouard VII, il ne pense certes pas réveiller les fantômes d’un passé meurtrier. Revenu d’entre les morts, Atropos, l’un des tueurs les plus dangereux d’Europe menace de semer le chaos et annonce sa prochaine cible : un énigmatique « avorton du Lion ». Alistair se voit contraint de repartir sur les traces de celui qu’il a déjà tué une première fois ou, du moins, de trouver et d’éliminer celui ou celle qui a eu le mauvais goût de ressusciter l’un des pires cauchemars des services secrets britanniques et français. Envoyé à Venise pour éradiquer le mal renaissant, Alistair ne saurait plus compter sur l’aide de ses deux jeunes cousins, Meredith devant faire son entrée dans le monde et Benedict profitant de ses études en ingénierie à Cambridge ; quant à Miss Hayley Fortescue, la gouvernante-infirmière, il n’ose plus même y songer. Le retour du loup solitaire, somme toute.

Cette troisième enquête des cousins Clifford nous plonge dans les mystères de la Sérénissime à l’aube du XXème siècle, quand le roi d’Italie peine encore à maintenir la toute nouvelle unité italienne.

https://www.babelio.com/livres/Montariol-Voir-Venise-et-mourir-Les-enquetes-des-cousins-Cl/1040933




Une lecture agréable, un bon moment qui m'a poussé à acquérir les deux autres enquêtes que j'ai lues avec autant de plaisir.

dimanche 22 juillet 2018

Le maître de San Marco







Le romancier ,poète, Claude RAUCY, membre de l'Académie luxembourgeoise, est l'auteur de quelques dizaines d'oeuvres variées pour adultes ou pour un jeune public.
Le voici revenu avec un très bref roman, mais qui étonne par son phrasé, son climat, son intrigue. Un policier à Venise? Oui, il s'en est déjà donné à lire. Là n'est pas l'essentiel.On est en 1527 dans la Sérénissime, et l'on suite les tribulations d'un maître de chant réputé qui oeuvre à San Marco.Il est proche du doge Gritti. Deux amis mènent l'enquête sur une série de crimes " à l'écharpe blanche": Bernardo et Lorenzo se sont connus à Florence, il y a longtemps. Ils fréquentent une certaine Marika , étrange et belle créature triestine.
En petits chapitres (19), ordonnés auteur de deux narrateurs ( dont Lorenzo), l'histoire restitue l'atmosphère vénitienne, avec ses mystères, mortres, collusions, violence. Williaert, le maître de San Marco, le doge Gritti, les deux amis, forment quelques-uns des personnages hauts en couleurs d'une Venise poisseuse, intrigante, étrange. L'on suit, grâce à des portraits ciselés, les victimes d'un bras vengeur qui doit à Savonarole de l'autre siècle quelques préceptes fous.


La lecture plaisante, rapide, se nourrit d'un arrière-plan historique bien enlevé, documenté et réaliste. Idéale donc comme lecture de vacances, dont on peut dire qu'elle comble l'intelligence .( Philippe LEUCK)

Claude RAUCY est également membre de l'Association Royale des Ecrivains Belges. C'est par la revue de cette Association,dont je suis également membre, que j'ai appris  l'existence de ce" Maître de San Marco".Un confrère amoureux de Venise, je n'allais pas rester indifférente ! Après lecture, je vous conseille  ce court roman qui vous fera passer un beau  et bon moment, trop court d'ailleurs à mon sens.