lundi 4 novembre 2013

Salve Regina, Mater Misericordiae ( suite et fin)





 Les Vierges de Miséricorde


 J'en ai déjà parlé , il y a peu, 
grâce au magnifique portail
 de la Misericordia à Cannaregio.(clic)  Un" à suivre" pouvait vous laisser présager que j'allais compléter ce dossier.
Mais, le temps m'a fait défaut.

Anne (clic)  nous a ,fort heureusement , proposé , ce dimanche, 
le très beau relief accroché au flan de la Chiesa di San Toma. 
Je reprends donc mon dossier...
avec  une autre Vierge de Miséricorde , 
celle qui veille sur le campo

 elle se trouve sur la façade 
de la Scuola dei Calegheri e Zavateri
 Ce relief vient de Santa Maria dei Servi qui a été presque totalement détruite au XIXe siècle. La Vierge couronnée tient son manteau sous lequel dix fidèles sont agenouillés.
Il a été récemment restauré. Il date de 1446.







Campo Santa Margerita, scuola dei Varoteri
(travailleurs du cuir, les tanneurs et les vendeurs de fourrure)
La Scuola fut érigée en 1725 après  la démolition de  léglise Santa Maria dei Crociferi  (Campo dei Gesuiti ) .La madone date de 1501 et vient de la scuola d'origine, aujourd'hui Chiesa dei Gesuiti

Sous le  grand tabernacle , en marbre, qui renferme l'image de la Vierge de Miséricorde ayant sur la poitrine l'Enfant dans une mandorle et à ses pieds des confrères agenouillés, on peut lire une inscription rappelant ce changement.

J'ai un attachement particulier pour cette Vierge et cette scuola,certainement parce qu'elle me fait penser à  ma mère  qui était "pelletière "de métier.








Scuola dei Mercanti ( Cannaregio) ,
Campo della Madonna del' Orto
 Marie est assise et tient son manteau ouvert au dessus de six adorateurs.L'Enfant Jésus est dans la mandorle qu'elle porte sur la poitrine.Marie est couronnée et entourée de deux saints : Saint Francis et probablement Saint Marc.
Selon Lorenzetti, ce travail daterait du XVI ème siècle, d'autres sources parlent de la fin du XIV , début du XV ème.
Ce beau relief a été apporté, en 1571, venant des Frari quand les confraternités de Sainte Maria della Misericordia et Saint François  ont fusionné avec une autre placée sous la tutelle de saint Christophe patron de la Madonna del' Orto





 Sur la façade du palazzetto Barbarigo, la Vierge ,couronnée tient le manteau avec ses mains et porte sur la poitrine  l'emblème de la Scuola della Carità. ( En face de San Stae)







 Près du pont des Gesuiti ( Cannaregio) ce relief daté de 1495 montre Marie couronnée et portant sur la poitrine l'emblème de la Scuola della Carità. Les maisons situées sur la gauche appartenaient à la Scuola.





 De ce côté, celui de la calle, la madone protège deux personnages agenouillés,  un noble et sa dame.Les armes sont celles des Foscari( un lion) et des Mocenigo( deux fleurs). 



   Du côté du pont, la madone protège un seul personnage, un frère. Seules les armes des Foscari sont reprises sur les côtés. Les origines de ces arches sont controversées.
Les uns prétendent que la famille Foscari aurait  financé l'arche pour célébrer le mariage de Pellegrina Foscari avec Alvise Mocenigo, et date l'arche de 1491.
 Or, l'arche est clairement de style gothique.
De plus, les armes des Foscari sont placées du côté  de l'homme et les armes des Mocenigo du côté de la femme, ce qui contredit la thèse précédente.
Selon les rapports, les deux maisons à côté du pont ont été reconstruites par l'abbé de l'église de Santa Maria Della Pomposa (près de Ravenne) et en  1407 ces maisons sont passées aux Foscari et aux Mocenigo. 
Selon d'autres rapports, l'arc commémorerait cet événement et daterait l'arc du début du XVème siècle.Pour ajouter encore un peu de confusion, une plaque près de l'arc dit : "Arte gotica.XIV"






 Campo Santa Maria Formosa
Une Vierge couronnée protège quatre frères.
La margelle date de 1512 et a été restaurée en 1756


Ce beau tryptique se trouve dans l'église de Santa Maria Formosa.
Il est signé Bartolomeo VIVARINI et daté de 1473.
.Le panneau central montre Marie couronnée, entourée d'anges et protégeant un grand nombre de fidèles.Le panneau de gauche montre la rencontre de Joachim et Saint Anne, celui de droite montre la naissance de Marie.
Vivarini est né à Venise en 1432 et mort à Murano après 1491. 



Ces deux représentations de la Vierge de Miséricorde 
se trouvent à hauteur du regard, sur les piliers d'un immeuble de la Merceria del Orologio
L'immeuble en entier appartenait à la Scuola della Misericordia ainsi qu'en témoignent  les emblèmes de Santa Maria Valverde 
Deux anges aident Marie à porter les pans de son large manteau.




 Un beau relief en pierre d'Istrie( fin XIV, début XV ième)  , placé sur un  bâtiment à côté de Santa Maria del Giglio,  au dessus de la porte de la chapelle de l'ADDOLORATA
La vierge  couronnée protège quatre confrères  agenouillés.
On peut penser que c'est l'Enfant Jésus qui figure sur la mandorle.




Fondamenta del' Ospedaleto , entrée de la Corte Sabion, près du  Guggenheim( Dorsoduro) .Deux adorateurs sont protégés par le manteau de la vierge couronnée portant l'Enfant Jésus, dans une mandorle.Une couronne orne le sommet de cet écu dont la moitié gauche est occupée par la Vierge.
L'emblème de la Scuola della Misericordia  est encore présent.








 Ce " capitello" se trouve sur la façade de la Cà Tomasi( San Marco, 216) à quelques mètres de la Piazza.
Marie portant l'Enfant Jésus sur une mandorle, protège huit adorateurs, quatre de chaque côté. Deux anges soutiennent son manteau.Au sommet , le Christ est soutenu par deux anges. L'emblème de la Scuola della Misericordia, 
signe ce relief daté de 1492






Campo San Luca
***






Campiello del Anconeta

Une madone de la Miséricorde sur un fond de mosaïques dorées.
La Vierge couronnée, avec l'Enfant Jésus en mandorle,  protège quatre frères agenouillés
D' autres reliefs sur fond d'or ornent la façade et les corniches de cette maison : Saint Paul,Le Christ Triomphant et Saint Pierre, Saint George et une Madone avec un enfant.







Scuola Grande di  Santa Maria dellà Carità
( Galerie dell' Accademia)
 La grande salle de la Scuola Grande de Santa Maria della Carità, aujourd'hui salle 1 de l'Accademia est ornée d'un plafond de bois, de style gothique, exécuté de 1461 à 1484 par Marco GOZZI di GIAMPETRO de Vicence représentant une Vierge de la Miséricorde
***

  Cette madone de Paolo VENEZIANO est probablement la plus ancienne madone de la Miséricorde de Venise, 
elle est datée de circa 1325.
Deux fidèles demandent la protection tandis que Marie de sa main gauche tient une mandorle dans laquelle s'inscrit l'Enfant Jésus

"""Cette Madone avec deux donateurs est un bon exemple de la « manière » de Paolo, mêlant l’hiératisme byzantin aux traditions occidentales. La Vierge est assise sur le trône dans une attitude rigide et porte l'enfant à l'adoration des donateurs. L'enfant est entouré d'une mandorle bleue, conformément à un schéma iconographique syrien. Mais la vivacité du dessin et la représentation des figures humaines révèle les apports de la toute nouvelle manière occidentale. Ainsi, l'artiste rassemble dans cette œuvre les composantes formelles de l’ouest et les schémas de composition byzantins dans une vision personnelle."""


Jacobello del Fiore.
 Marie couronnée, portant l'Enfant Jésus, dans une mandorle,   assis sur un arc- en- ciel, symbole de l'accord entre Dieu et l'Homme.Elle est accompagnée de Saint Jean-baptiste et Saint -Jean l'Evangéliste
Cette détrempe sur bois a été peinte entre 1415 et 1436. Jacobello del Fiore est né et mort à Venise (1370-1439)

Une madone de miséricorde couronne ce tryptique d'Andrea da MURANO  dédiés aux  Saints Vincent Ferrer, Roch, Sébastien et Pierre Martyr.Marie est entourée de Saints Dominique et Thomas d'Aquin, de Sainte Catherine de Sienne et Saint louis(?) Andrea  da MURANO  a été actif entre 1462 et 1502.On pense que ce tableau a été peint aux environs de 1478, probablement après une épidémie ( peste) ainsi que le suggère la présence de Saint Roch.

Ces tableaux se trouvent à l'Accademia.



Celui-ci, signé Simone da Cusighe se trouve à la Cà d'Oro.




 Un tout grand MERCI à ZEN qui au cours de ses derniers séjours à Venise est partie à la recherche  des "madones" plus discrètes, qui ne se trouvaient pas encore dans mon dossier.

Merci aussi à un amoureux de Venise(clic) dont j'ai suivi la trace,
à Google books... au Net source inépuisable de renseignements.

Il reste dans Venise d'autres madones de miséricorde..
que je n'ai pas évoquées..peut être les avez-vous dans vos fichiers ?

Venise est décidément placée sous la protection de la Vierge.

Bonne semaine à vous.
A dimanche ?

Si vous m'accompagnez sur le sujet" la vierge du dimanche"
 prévenez-moi et   je mettrai bien volontiers un lien vers votre blog " vénitien"  ou  non :-)
 J'ai noté : 
Anne et Martine de Sclos qui m'a annoncé sa participation.

13 commentaires:

  1. Il faut toujours lever la tête lors de nos promenades dans Venise pour découvrir toutes ces merveilleuses représentations de la Vierge qui protège la ville. L'exode actuel des vénitiens vers la Terra Ferma fait-il partie de ses plans !? L'avenir le dira.

    RépondreSupprimer
  2. On ne peut que déplorer cet exode des Vénitiens, population fragilisée par l'invasion quotidienne , le manque de respect de certains mais surtout, surtout le pouvoir de l'argent au nom duquel se commettent bien des hérésies.Mais comment revenir en arrière?Encore faudrait-il que les autorités le veuillent! Oui, la Vierge devrait intervenir dans ce sens.On peut y croire et en rêver, non?

    RépondreSupprimer
  3. Passionnant Danielle, bravo !

    Bises du soir

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci, Danielle....bises du soir pour ...ce soir ;-)

      Supprimer
  4. j'ai un faible pour Veneziano, il faut dire que j'aime particulièrement les icônes et donc ...
    une magnifique balade

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Dominique, j'aime bien moi aussi les primitifs, j'aime leur naïveté si talentueuse.merci de votre passage

      Supprimer
  5. Bravo pour ce beau sujet et l'étude détaillée dont il fait l'objet. C'est plus qu'intéressant. J'ouvrirai encore plus les yeux à Venise où Marie demeure omniprésente. Un grand merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un sujet passionnant et tellement symbolique.Se promener dans Venise demande une attention de chaque instant, vous le savez mieux que moi encore.Merci de votre passage.

      Supprimer
  6. On dirait que vous avez recensé toutes les Vierges de miséricorde, c'est impressionnant ! Je vous remercie d'indiquer où l'on peut les trouver. Je serai plus attentive la prochaine fois que j'irai à Venise. Merci donc encore pour votre passionnante publication. A dimanche prochain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anne, je crois que je suis loin du compte et j'ai eu de l'aide.Oui, oui, à dimanche..belle semaine!

      Supprimer
  7. Magnifiques mouvements d'accueil et de protection ces manteaux ouverts, je ne sais laquelle me plaît le plus!
    J'ai recherché dans l'art espagnol , mais aucune Vierge (et il y en a!!!) trouvée n'avait ce geste protecteur.
    Merci Danielle, bonne soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Personnellement j'aime beaucoup la première ( le travail est magnifique et placée à hauteur du regard donc on peut admirer) mais toutes ont mon affection.Le manteau généreusement ouvert et toutes les leçons que nous pouvons en tirer .En préparant mon billet ( et cela m'a pris un bon moment car, bien sûr, quand on cherche sur le net, on sort vite des sentiers familiers...on part à l'aventure) j' en ai trouvé quelques unes que je placerai un jour dans un billet.Tu devrais en trouver aussi en Espagne, à moins que les espagnols n'aient pas reconnu cette dévotion.
      Belle soirée à toi.

      Supprimer
    2. Francisco de Zurbaran..

      .http://www.posterlounge.co.uk/virgin-of-the-misericordia-sheltering-the-carthusians-pr154003.html

      Supprimer