vendredi 9 janvier 2015

Un bijou insolite, la pomme de senteur






"La Pomme d'ambre, est une pomme artificielle, composée d'ambre et de plusieurs autres nobles matières, et est moult odorant et conforte la cervelle et défend contre la malice de l'air. »   Olivier de La Haye, auteur d'un poème sur la Grande Peste de 1348 


Une pomme de senteur également nommée pomme d’ambre, pomander ou pomandre est un bijou en métal précieux ciselé contenant des parfums comme l’ambre gris, la civette ou le musc. 





Il est constitué d'une petite cage sphérique s'ouvrant à l'équateur par une charnière et un ressort. Au temps de la Renaissance, les pomanders deviennent pièces d'orfèvrerie, ciselées en or, argent ou vermeil. Au tournant du XVIe siècle, ils s'ornent d'incrustations de perles, émaux ou pierres précieuses, grenat, rubis, topaze, émeraude ou diamant. 


Italie circa 1350
Munis d'un pied, ils s'ouvrent en quartiers sur de petits réceptacles pouvant réunir plusieurs parfums sous forme de pâte ou de poudre.




Les grands pomanders 
se portent accrochés à la ceinture ou 
en pendentif autour du cou.









Les plus petits, parfois pas plus grands qu'un dé à coudre et reliés par une chaînette à une bague, se tiennent en permanence au creux de la main





D'autres se fixent en breloque à un bracelet, un collier ou servent de bouton à une cape. 




Le premier pomander est cité en 1174 dans un texte décrivant le présent offert à l'Empereur Frédéric Barberousse par le roi Baudouin de Jérusalem.
 Il le remerciait ainsi de son aide dans la lutte contre les infidèles. À partir du XIVe siècle, le terme de « pomander » désigne l'objet où prend place la boule odorante. 







Pendant les huit siècles de leur histoire, les pomanders adoptèrent des formes très variées : crânes, crucifix, escargots, pommes, œufs, noix ou fleurs, chacune ayant une signification symbolique et ésotérique particulière.




 Les monogrammes, inscription ou motifs allégoriques dont ils étaient ornés, étaient supposés renforcer leur pouvoir. 

Transmis de génération en génération, les pomanders étaient en effet bien plus que des objets à parfumer : on leur prêtait des vertus magiques protégeant des forces du mal et de la maladie. 
Les princes et les nobles en faisaient grand usage, comme les prêtres et les médecins qui comptaient sur leur présence pour se préserver de la contagion. 



La fin duXVIIe siècle voit ces pouvoirs tournés en dérision. Les pomanders ne sont plus portés que par coquetterie et leurs senteurs lourdes et entêtantes sont supposées servir l'art de la séduction auquel on attribue des pouvoir aphrodisiaques car s'en dégagent les effluves animales du musc, de l'ambre ou de la civette.Lors des bals masqués de Venise , alors que les masques abolissent les identités et libèrent les meurs, la pomme de senteur est une invitation à la débauche.


Elles passent de mode au milieu de XVIIIe siècle.



L'orange, ou autre agrume, piquée de clous de girofle et enrobée de poudre d'épices est la version végétale du bijou en métal précieux. En ameublement, elle sert aujourd'hui à parfumer et décorer la maison ou, placée dans les armoires, à protéger le linge contre les mites.



Pour en savoir plus sur la composition  des parfums " clic"

Et pour rappel :

 Le zibellino (clic)

 Jamais sans mes orecchini(clic)

 Les larmes d'Aphrodite (clic)



Bonne semaine!





7 commentaires:

  1. Je prends volontiers la version végétale, avec la petite tasse ci-dessus, d'ailleurs je vais de ce pas prendre mon petit-déjeuner.
    Re-bises, Danielle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les oranges embaument mais un bon café , cela ne se refusent pas.Belle semaine, Norma, bises.

      Supprimer
  2. Cet article est vraiment très intéressant, vous êtes fabuleuse pour trouver tous ces petits détails historiques. J'aurais adoré ces parfums lourds et ambrés, maintenant il n'y a que les attars importés du Moyen Orient et de l'Afrique du nord qui utilisent ces matières odorantes, bien mieux que les horribles parfums à base d'alcool et de substances synthétiques souvent cancérigènes dont la plupars des gens s'aspergent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous, Line. Je n'ai aucun mérite , j'adore lire et fouiner ci et là et quand il s 'agit de Venise je me passionne plus encore.Finalement, ces dames étaient, à leur manière, très raffinée et très élégantes quand elles en avaient les moyens.

      Supprimer
  3. un très bel article
    moi qui suis allergique sur ma peau à beaucoup de parfums
    c'est ça qu'il me faudrait
    l'orange avec les clous de girofles j'en fais souvent
    merci de ce partage
    je n'avais pas fait attention , c'est ton deuxieme blog
    je m'inscris car je suis toujours curieuse des petites affaires de se monde
    tendresse
    edith (iris)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c 'est possible de trouver un bijou de ce genre.
      Bienvenue à Venise, ma ville de coeur, après mon village, bien sûr.
      Bises.Iris.

      Supprimer
  4. Je suis collectionneuse de pomander en porcelaine. Votre site est très intéressant. Merci de vos explications et vos photos magnifiques.
    Anna

    RépondreSupprimer