jeudi 14 juillet 2011

Amori et dolori. Idylle vénitienne.

Daniel Ridgway-Knight

Au-dessous de nous, au pied du clocher, la foule n'est plus sur la piazza qu'un peu de poussière qui voltige.Aucun bruit n'arrive à nos oreilles.il semble que l'heure présente a , tout à coup, cessé d'exister...
Le passé sort du sépulcre...
Accoudez-vous à la balustrade.
Voici que les morts renaissent.
Regardez:
Wagner revient du Lido, en gondole; sa tête lourde sur les genoux de Cosima.
Cosima Wagner.Esquisse de Franz von Lenbach



Musset, au café Florian, mêle des pleurs à son asti spumante ; par les ruelles obscures, la contessina Guiccioli se hâte vers le palais Mocenigo.



Oubliant les solennels serments qu'il fit à Charlotte de Stein, Goethe, sur le pont du Rialto, sourit à Bettina qu'il croise;

Bettina Von Arnim


Bernis vogue vers Murano; aux Zattere, Casanova escalade le mur d'un couvent; Jean-Jacques, dans l'enclos de San Biagio, cueille, le long des buis taillés, un bouquet de pervenches pour le corsage  d 'Anzoletta; Bianca Capello rêve, sur son balcon...
Le palais de Bianca Capello ( trouvé ICI)


3 commentaires:

  1. Quel bonheur! Un billet qui donne envie de prendre l'avion: direction la Sérénissime...
    J'adooore ta nouvelle bannière et te félicite pour la qualité de tes photos!
    J'aime beaucoup ton précédent billet, la Maison Rose est à l'honneur cette semaine!
    Merci pour ton gentil commentaire, je vais beaucoup mieux...
    Bisous et très belle fin de semaine

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Quel magnifique billet et comme cette oeuvre est ravissante. Je reconnais là ton goût pour les jolies choses et les jolis mots.
    Je rêve déjà le bouquet de pervenches, de toutes ces idylles à la vénitienne et surtout de me retrouver sur ce beau balcon fleuri !
    bisous
    Danielle

    RépondreSupprimer